Plusieurs_médicaments
Vaccins, antiparasitaires, antibiotiques et beaucoup d’autres classes encore...

Arsenal thérapeutique par classe

La vaccination progresse. Avec la prévention, le recours aux antibiotiques diminue. Et chez les animaux de compagnie, les maladies chroniques sont de mieux en mieux prises en charge.

Pour soigner efficacement contre les principales maladies de toutes les espèces animales, l’industrie a développé un large arsenal de médicaments vétérinaires afin de couvrir une multitude de classes thérapeutiques. Les classes principales sont d’abord les antiparasitaires et les vaccins utilisés en prévention, puis, en curatif, les antibiotiques et les anti-inflammatoires. Ces quatre classes représentent environ les trois quarts des ventes, dans presque toutes les espèces animales.

Mouton
Prévenir plutôt que guérir…

La part des vaccins et des médicaments préventifs progresse au détriment de celle des antibiotiques.

Ainsi, les animaux de compagnie et d’élevage sont vaccinés contre de nombreuses maladies. En effet, comme chez l’homme, l’animal est exposé à de nombreux agents
pathogènes. Les infections respiratoires, digestives et cutanées ne sont pas rares. Car ces organes (les poumons et les bronches, les intestins, la peau) peuvent être soumis à des agressions extérieures : la présence d’un agent pathogène ou opportuniste, un air froid ou vicié, un déséquilibre alimentaire ou une plaie cutanée. De nombreux médicaments visent donc à prévenir ou à traiter les maladies respiratoires, digestives ou cutanées.

En élevage, les productions de lait ou de viandes nécessitent que les femelles soient mises à la reproduction. Les médicaments destinés à traiter les troubles de la reproduction y sont donc développés depuis longtemps. 

Prévenir plutôt que guérir…

La part des vaccins et des médicaments préventifs progresse au détriment de celle des antibiotiques.

Ainsi, les animaux de compagnie et d’élevage sont vaccinés contre de nombreuses maladies. En effet, comme chez l’homme, l’animal est exposé à de nombreux agents
pathogènes. Les infections respiratoires, digestives et cutanées ne sont pas rares. Car ces organes (les poumons et les bronches, les intestins, la peau) peuvent être soumis à des agressions extérieures : la présence d’un agent pathogène ou opportuniste, un air froid ou vicié, un déséquilibre alimentaire ou une plaie cutanée. De nombreux médicaments visent donc à prévenir ou à traiter les maladies respiratoires, digestives ou cutanées.

En élevage, les productions de lait ou de viandes nécessitent que les femelles soient mises à la reproduction. Les médicaments destinés à traiter les troubles de la reproduction y sont donc développés depuis longtemps. 

Mouton
Image highlight texte
Vache
Body
Émergence des affections chroniques

Comme pour l’Homme, les animaux de compagnie mieux médicalisés vivent plus longtemps. 

 

Ils sont donc touchés par des maladies chroniques. Ils sont atteints d’arthrose, d’insuffisance cardiaque, rénale, hépatique, de troubles hormonaux ou du comportement, voire de cancers. Ces dernières décennies, l’industrie a investi pour développer et mettre à disposition de nouveaux médicaments adaptés à ces affections.

Image highlight texte
Vache
Body
Émergence des affections chroniques

Comme pour l’Homme, les animaux de compagnie mieux médicalisés vivent plus longtemps. 

 

Ils sont donc touchés par des maladies chroniques. Ils sont atteints d’arthrose, d’insuffisance cardiaque, rénale, hépatique, de troubles hormonaux ou du comportement, voire de cancers. Ces dernières décennies, l’industrie a investi pour développer et mettre à disposition de nouveaux médicaments adaptés à ces affections.

null
DÉCOUVRIR LA SUITE
Next